Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Contraste

dimanche 12 juillet 2015

Carte en (pseudo) temps réel

Suivre nos déplacements, mais pas en temps réel : ICI

mardi 16 juin 2015

Australia !

Cela fait 10 ans que Max attend que je me ramène ici en Australie et c'est chose faite. Enfin à Sydney, la ville du melting pot. Les soirées s'enchaînent et je swap de l'anglais à l'espagnol en passant par le français. Bonheur. 

L'Australie étant le pays du surf, je n'ai donc pas eu le choix de monter sur une planche dès ma première semaine. Nous avons filé à 4h au Nord de Sydney avec une bande de 19 personnes déjantées pour surfer sur les vagues de Boomerang beach et de Seal Rocks. Nous dormons dans une villa extraordinaire avec piscine, barbecue géant, deck immense et bush derrière qui nous permet de rencontrer Kookabura et autres oiseaux colorés du pays. 

IMGP0083.JPG

IMGP0099.JPG

Le soir, nous cuisinons pour un régiment et faisons la fête jusqu'à l'aube. Chaque personne dans cette maison semble un peu dérangée et j'ai encore des crampes de rire. Il ne me faut que quelques minutes pour avoir l'impression de faire partie de cette bande de fous. 

P1040878.JPG

La journée nous partons surfer et heureusement il y a tous les niveaux. Je ne me sens donc pas trop seule quand je me fait emporter dans la Washing Machine et pense y laisser ma peau. Avec Jo, ma choupette anglaise, nous comptons nos bleus et blessures. Pour ma part, je me suis pris un surfer sur le coin de la tête et je m'en sors donc avec des bleus sur les hanches, les côtes, les bras, un doigt de pied à moitié foulé et une bonne coupure au pouce (ça c'est en épluchant une courgette).

P1040899.JPG

Pour autant, je reste déterminée et tente de choper les vagues. Le dernier jour je ne suis pas loin de réussir à me lever, mais je suis surtout amoureuse. A mon retour, investissement dans une planche (après le matos d'escalade). Pour la première fois de ma vie j'ai regardé l'océan d'un œil différent, à savoir, tenter de le comprendre et de maîtriser ses humeurs. 

IMGP0132.JPG

Quand je suis à bout de forces, je regarde les copains et les encourage en hurlant sur la plage ou je regarde les dauphins les rejoindre pour surfer avec eux. 

IMGP0139.JPG

IMGP0114.JPG

IMGP0150.JPG

L'Australie a certes ses côtés très anglais que nous pouvons avoir du mal à accepter en bon français, mais je comprends sa réputation de nouvel eldorado. 

Avec les Mims nous démarrons la réalisation d'un short movie que j'espère pouvoir vous diffuser avant mon départ. Bisous bleus.

vendredi 29 mai 2015

Kayaking in Wanaka

A mon retour de Queenstown, deux nouvelles françaises sont arrivées pour couchsurfer la caravane de Brent. 

Super rencontre avec Flo et Joy (qui a des origines togolaises), et je passe la semaine qu'il me reste dans le coin à marcher sur les super track alentours, me balader en vélo, tenter d'escalader sur le mur en devers dans le garage de Brent et kayaker sur le Wanaka Lake. 

Avec Flo nous décidons de prendre notre courage à deux mains pour sortir en kayak malgré un sacré froid (il vient de neiger jusqu'à deux mètres dans la région). Combinaisons, veste étanches, collants, gants, bonnets, jupe de kayak, nous démarrons tôt dans la matinée pour traverser le lake et descendre la rivière jusqu'au pied du pont qui nous ramènera chez Brent en 10 minutes à pied. 

kayak1.jpg

L'appréhension de tomber dans l'eau gelée est passée très rapidement, une fois bien calée dans mon kayak, ramant sur une eau cristalline, entourée par les montagnes et les paysages incroyables. 

kayak2.jpg

L'expérience m'a donné envie de recommencer le challenge. Quelques petits flip lorsqu'ils nous a fallu passer les petits rapides mais je suis restée au sec tout le long. 

kayak3.jpg

Ce sont mes derniers jours en NZ, dur de penser que ça se termine déjà mais il me reste un bon mois et demi en Australie et je sais que nous reviendrons ici. Le rythme de vie outdoor et sportif en nature m'a vraiment piquée et j'ai hâte de mettre à profit toute ces bonnes vibes accumulées. 

dimanche 24 mai 2015

Milford Sounds, derniers pas avant le paradis !

J'ai parfois du mal à croire que j'ai tant de chance. Merci lucky star, parce que des journées comme ça, on n'en vit pas 10 dans une vie. 

Levée à 6h (dans un dortoir de 6 personnes ça fait mal à toi ET aux autres). Café gratuit à l'auberge de jeunesse, j'apprécie parce que mon sac n'est pas sans fond et j'ai pris des cafés en sachet BERK. Ce n'est pas la spécialité des Kiwis...

Le bus me chope à 7h30 au I-Center, il fait un froid de canard, j'ai 3 pulls et ma veste mais je sens que ça ne va pas suffire. Le guide/chauffeur de bus nous annonce que la météo prévoit des tempêtes de neige et que la journée va être aventureuse. Mais que ce sera magnifique quand même. Hum Hum...

Maintenant que j'y suis... En effet, temps couvert, le guide nous donne des tas d'infos géniales sur la région que nous visitons pendant les 5h de bus qui nous mènent à la "ville" de Milford Sound. Il nous apprend plein de trucs généraux sur la Nouvelle Zélande et tout est super intéressant. Il se trouve que c'est un français installé ici depuis 26 ans, qui a entre autre été guide d'alpinisme. Eric est notre porte d'entrée vers le monde merveilleux des Fjords. 

Et en effet, même sous le brouillard, la pluie, une petite tempête de neige et avec un ciel gris et bas, c'est absolument fabuleux, mystique. Nous devons faire 300 kilomètres pour aller au pied du Fjord qui est en fait à 65 bornes de Queenstown à vol d'oiseau. Nous contournons toutes les montagnes. 

milford1.jpg

milford2.jpg

Sur la route nous rencontrons le KEA, un énorme perroquet alpin (!) qui vient vers nous à la recherche de nourriture. La bête a l'intelligence d'un enfant de 5 ans et peut résoudre des puzzles !!!

milford4.jpg

La route est incroyable, il a fallu 25 ans pour la construire (dont 5 ans de pause en 39-45). A 13h30 nous arrivons à Milford Sounds. Eric précise que le nom "Sounds" donné par Cook est inapproprié puisqu'il s'agit de Fjords. La différence étant qu'un Fjord est taillé en U par un glacier alors qu'un Sound est taillé en V par une rivière.

milford3.jpg

Le bateau nous attend et... Le Soleil pointe son nez ! La croisière de 2h se fait donc avec un merveilleux ciel dégagé et un soleil radieux. Lucky star !!! 

milford0.jpg

C'est évidemment absolument époustouflant de beauté. Les cascades tombent directement dans la mer, nous sommes entre eaux de sources super limpides (comme je n'avais jamais vu) et mer de Tasman. J'en pleurerais... Le capitaine nous fait passer sous des cascades et certains restent trempés le reste du voyage. Les cascades sont d'ailleurs incroyables car les montagnes tombent à pic dans l'eau, ce qui fait que les chutes sont immenses. 

milford5.jpg

milford6.jpg

Nous croisons des phoques et, magie, peu avant d'entrer dans le port au retour, des dauphins qui nous suivent un quart d'heure. 

milford7.jpg

milford8.jpg

milford9.jpg

J'ai donc eu ma dose d'émotions et de claques dans la figure aujourd'hui. 

Et cerise sur le gâteau, ce soir à Queenstown, entre la soupe aux champignons et le thé (que j'attendais fermement parce que je suis gelée), et bien, ce soir à Queenstown, il neige. 

La tempête, et avec les copains chiliens qui partagent le dortoir avec moi, nous sommes comme des gosses, priant pour que demain matin on puisse mener une opération bonhomme de neige et bataille de boules de neige. 

neige.jpg

N'abusons pas trop quand même parce que demain je dois faire du stop et je n'ai que des chaussures en toile.

samedi 23 mai 2015

Wanaka & Queenstown : à deux semaines de la saison de ski

Après avoir tranquillement descendu la côte ouest, nous sommes arrivées à Wanaka, chez notre nouveau couch surfer, Brent. Sa maison (à Albert Town) est un endroit paradisiaque qui me donne l'impression d'être dans un film (sentiment que j'ai très souvent en NZ). Toute en bois, dans une mini forêt, les oiseaux le matin, le lac en contrebas, le salon avec le poële à bois et Brent qui est à fond de nature, grimpe, marche, ski...

Je tente d'organiser les quelques jours qui viennent pour aller dans le Sud, mais je prends mon temps parce que les soirées et les balades s'enchaînent et je suis bien ici. 

Flavia et Julie sont descendues ensemble de Christchurch et on se fait une journée filles au top : brunch, Wastebusters, Puzzling World, et soirée en ville. 

P1040383.JPG

Après avoir calé ma semaine de trip dans le Sud, je décolle samedi matin pour Queenstown, la fameuse vile de la fête et des sports extrêmes. Brent me dépose sur la route et je lève le pouce pour me faire emmener. Petit moment de stress car en 15 minutes je vois passer 3 voitures et demi... Finalement, Jamie, un ranger du DOC me fait jumper dans son 4x4 et m'emmène pour Queenstown. Encore une fois la route est fabuleuse et la rencontre avec Jamie super chouette. Il a bossé 6 mois aux Seychelles donc la discussion va bon train. 

queenstown0.jpg

N'allant pas à Queenstown même (le mec bosse dans les Milford Sounds) il me dépose à un croisement où je monte dans la voiture d'un jeune Australien pour faire les 10 bornes qui me séparent du centre ville. 

Queenstown est réputée pour ses  grosses fêtes arrosées et en effet, il n'y a que des jeunes étrangers qui bossent (ou se préparent à bosser pour la saison de ski) qui semblent avoir une bonne gueule de bois de la veille. C'est l'automne et il fait super beau.  

queenstown7.jpg

queenstown6.jpg

La ville est sublime, aménagée autour d'un lac turquoise (les eaux viennent des montagnes donc hyper claires) et entourée de montagnes et de forêts. Je passe l'après midi dans un parc magnifique à me balader le long du lac. 

queenstown4.jpg

queenstown3.jpg

queenstown2.jpg

queenstown1.jpg

Dans mon dortoir de 6 personnes, il y 3 chiliens avec qui je papote. Ça ne me dépayse pas trop de l'Argentine à Christchurch. 

Demain décollage pour une journée de trip dans les Milford Sounds, peut être l'un des endroits les plus beaux du monde. Je devrais avoir un temps merdique mais je m'y suis préparée et il paraît que c'est magique, même sous la pluie. 

queenstown5.jpg

mardi 19 mai 2015

West Coast - Step Four - Fox Glacier, Hawea & Wanaka Lakes, Wanaka

Juste après le Franz Josef, le Fox Glacier est plus beau à mon goût, et moins touristique je crois. 

En même temps, il semblerait que l'on soit dans la saison des japonais et eux quand ils sont là ils sont pas ailleurs. Partout Partout ! 

Le plus drôle c'est la queue aux toilettes quand un bus de japonais arrive. Tu as intérêt à y être allée avant si tu ne veut pas attendre 4h...

BREF !

Ici encore, une très courte marche nous mène à quelques mètres du glacier, qui est plus proche de l'idée que je m'en faisait. Le temps est un peu moins clair mais la balade est vraiment chouette. 

fox3.jpg

fox2.jpg

fox.jpg

Nous reprenons la route de suite pour descendre vers le lac Wanaka qui sera notre dernier stop mais nous dormons quand même une nuit à Haast. La ville en elle même doit comporter tout au plus 3 maisons, un camping et un office du tourisme mais a l'avantage d'être aux portes du parc national du Mont Aspiring. 

La route est donc ponctuée de dizaines de balades allant de 2 minutes à 4 jours. Nous faisons de nombreux stops pour marchouiller et voir de plus près le paysage déjà magnifique depuis la voiture. Entre autre les Fantail Falls, les Blue Pools, le Thunder Creek...

bluepools.jpg

vluepools2.jpg

Nous arrivons enfin au Lac Wanaka avec un super temps mais beaucoup de vent glacé. Rester dehors est vraiment dur. Je me force quand même à faire un petit bout de chemin le long du lac. 

lacwanaka.jpg

La nuit est incroyable, je crois qu'il n'y a qu'ici qu'on voit de tels ciels la nuit. J'arrive d'ailleurs dans la région des Aurores Boréales, priez pour moi il me reste 2 semaines pour avoir une chance d'en voir une...

Décollage le lendemain, nous longeons le lac Wanaka, puis le lac Hawea. 

lachawea.jpg

Nous sommes accueillies à Albert Town par un couch surfer dont je vous laisse admirer la maison. 

dodowanaka.jpg

dimanche 17 mai 2015

West Coast - Step Three - Lac Matheson et Gillepsie Beach

J'avais vu quelques photos du lac Matheson et c'était une des étapes que je ne voulais surtout pas manquer. Après la balade vers le Franz Josef, nous découvrons que le tour du lac (qui se trouve 30 bornes plus bas, au pied du Fox glacier) se fait en 1h30. Il fait un super temps, Bingo !

lacmatheson2.jpg

lacmatheson3.jpg

Le charme de la balade : les montagnes qui se reflètent dans le lac. 1h30 de pur bonheur. C'est sublime à chaque pas. J'aurais aimé que ça ne s'arrête jamais.

lacmatheson4.jpg

lacmatheson1.jpg

Mais ça se termine évidemment. 

Nous prenons la Gillepsie beach road pour rejoindre le camping gratuit. La journée des paysages de dingue n'est pas finie !

12km de gravel road hyper étroite et nous arrivons sur le spot de MA-LADE. 

D'un côté, les montagnes enneigées rouges (car le soleil se couche), de l'autre côté une plage de galets gigantesque et une mer déchaînée. 

gillepsiebeach3.jpg

gillepsiebeach1.jpg

gillepsiebeach2.jpg

Quelques autres campeurs mais pas une lumière, ciel étoilé attention. 

La journée n'a été que souffle coupé. Nous sommes dans la vraie Nouvelle Zélande des paysages à perte de vue. Il fait froid mais on est récompensées bien largement. 

Nous ne croisons que très peu d'habitations, quelques maisons de luxe, quelques fermes, des mini-hameaux, et puis des champs et les montagnes au fond. "Photograph don't do justice", impossible de rendre ce que nous voyons. 

Bref une journée comme tu les voudrais toutes. 

samedi 16 mai 2015

West Coast - Step Two - Franz Josef Glacier

Au delà des supers spots à voir dans les parages, ne serait ce que les routes menant d'un point à un autre sont incroyables. Nous nous arrêtons toutes les 15 minutes pour une photo, une pause méditation ou un stop "je regarde et suis hallucinée par ce que je vois". 

routefranzjosef3.jpg

routefranzjosef2.jpg

routefranzjosef1.jpg

Nous sommes sur la route du Franz Josef Glacier. Une zone ou s'enchaînent plusieurs glaciers, montagnes, et du coup, spots de ski. Je ne crois pas avoir vu de glacier auparavant, c'est donc une première. Je ne m'y attendais pas vraiment mais on croise tous les paysages sur de très courtes distances : cascades, forêts, galets, roches, et puis glace.

franzjosef7.jpg

franzjosef1.jpg

Merci au temps radieux, les balades pour s'approcher du glacier sont ouvertes. Une heure et demie de marche nous mène au pied d'une langue de glace (à 250 mètres). La ballade est vraiment top, nous marchons dans le lit du glacier (du moins le lit d'une rivière puisque le glacier réduit à vue d’œil évidement)

franzjosef6.jpg

franzjosef5.jpg

franzjosef3.jpg

franzjosef2.jpg

En 2h, les petites rivières que nous avons traversées tranquillement à l'aller sont montées et le retour se fait les pieds dans l'eau !

franzjosef9.jpg

La ville au pied du glacier (un office du tourisme, deux bars, 6 hotel/camping, 2 épiceries, une station essence grosso modo) fais penser aux Alpes en France. J'me ferais bien une tartiflette ou une raclette. Du mal à croire que dans 2 mois je reviens vers l'été. 

En huit mois j'aurais fait hiver Français / 45° calédoniens / été-automne néo zélandais / reste l'Australie et l'été Français. La réadaptation aux saisons va être rock'n'roll.

PS : Le kitch à l'anglaise : "Stop après le bonhomme en carton c'est dangereux"

franzjosef4.jpg

Un petit détour de 15 minutes vers la Peter's Pool (un morceau de glace qui a fondu au bon endroit :)

franzjosef8.jpg

vendredi 15 mai 2015

West Coast - Step One - Hokitika

Première étape, sur la côte ouest, Hokitika. A peine sorties de Christchurch, nous longeons des montagnes enneigées et des paysages à couper le souffle. 

vershokitika2.jpg

Mais à la première côte, odeur de cramé, le van chauffe à mort ! Deux meufs qui remettent de l'eau dans le moteur, en plein vent, un froid de canard, drôle après coup mais sur le moment, on ne faisait pas les malignes.

Mais ça passe, le mécanicien à Hokitika balance un peu d'eau dans le réservoir et nous dit "Je pense que ça va le faire" ! "Okay man ! Vamos asi !"

Nous dormons face aux montagnes sur le parking d'un pub mais nous sommes déjà au milieu de nulle part. Il y a si peu d'habitants et les paysages sont si vierges qu'on a parfois l'impression d'être au bout du monde. Mais nous sommes toujours en NZ et tout est absolument parfaitement organisé : les pelouses restent tondues et les spots touristiques bel et bien indiqués. L'avantage de la Ouest Coast est qu'il y a des tas de petites marches faciles à faire pour se balader en nature et approcher les paysages tout le long de la route. C'est tout de même un peu plus roots.

hokitika3.jpg

hokitika5.jpg

Nous partons donc le long de la rivière à Hokitika. Les eaux sont censées être turquoises (voir les photos sur google) mais vu le ciel un peu couvert nous nous contentons d'un bleu-gris. Pour autant cela reste une très jolie balade bucolique et agréable. Comme partout en NZ, les chemins sont hyper aménagés (ponts, graviers, estrades de bois....). Pas mal quand il a plu comme hier. 

hokitika4.jpg

hokitika6.jpg

hokitika1.jpg

Départ dans la foulée pour le Franz Josef Glacier. 

La route est fabuleuse et nous nous arrêtons sur les lacs Mapourika, Ianthe, Okarito.

En ligne de mire, le glacier nous regarde et le temps se dégage. Epoustouflant. 

vershokitika1.jpg

jeudi 14 mai 2015

Be an apple picker in Christchurch

La partie "Working" du visa vient de s'achever après un mois à Christchurch à ramasser des pommes. 

En cette saison me direz vous ? Oui. 

Voici donc les quelques règles du picker de pommes en NZ :

1 - Tous les matins à 6h du te lèveras.

2 - Qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il grêle, les pommes tu pickeras. (Mais beaucoup de beaux jours quand même)

pommes2.jpg

3 - La seule fille de la team tu demeureras.

4 - Le meilleur manager du monde tu rencontreras.

pommes4.jpg

5 - A l’échelle tu monteras, le panier tu porteras, les caisses tu rempliras.

pommes1.jpg

6 - Avec les oiseaux, les lapins et les pommes tu discuteras. (Comprendre : les merdes d'oiseaux tu te prendras, dans les trous de lapins tu tomberas, les pommes pourries tu subiras)

7 - Tous les vendredis, des bières tu boiras. (Alleluia)

pommes5.jpg

8 - Ton corps et ton esprit tu challengeras (110 caisses de 450 kilos en un mois)

pommes3.jpg

9 - D'une tendinite au poignet tu souffriras, de nouveaux muscles tu découvriras, de la corne aux doigts tu fabriqueras

10 - Ce job de ta vie, jamais tu ne l'oublieras.

pommes6.jpg

Un mois au top ! Travailler à ciel ouvert en mettant son corps ainsi à l'épreuve furent un vrai bonheur. 

Le mois s'est achevé sur une semaine en couch surfing dans l'appartement d'une bande d'argentins absolument géniaux. Bug de langage entre l'anglais, le français et l'espagnol mais repratiquer un peu ma langue chérie m'a fait du bien. Après quelques fêtes de good bye et un gros bisous à notre premier couch surfer de Christchurch, notre papa Néo Zélandais Peter (encore un qu'on oubliera pas) on part vers le Sud.

peter.jpg

Nous repartons sur les routes pour descendre la côte Ouest vers Wanaka. Leeloo y trouvera un job pour la saison d'hiver pendant que je me prépare à décoller vers l'Australie retrouver Max & Mims !

 

vendredi 10 avril 2015

Christchurch

J'étais depuis le début assez réticente à Christchurch. Je ne sais pas pourquoi, un genre de feeling... Et puis la Nouvelle Zélande n'est pas connue pour ses villes, mais plutôt pour ses grands espaces perdus sans personne. 

Nous y voilà quand même avec Leeloo et après avoir déposé Tof à l'aéroport, à nous poser la question de travailler. Nous ne sommes pas loin d'être à sec :)

Du coup, ballade en ville, dépôt de CV à droite à gauche et visite. Et j'ai en fait l'impression de revenir un peu à Marseille. La ville est dans un état effarant, complètement détruite de partout, abandonnée, tous les commerces du centre sont totalement laissés à l'abandon. Il y a vraiment eu un avant et après tremblement de terre... La cathédrale en est le plus fort exemple. Sans commentaires. 

chch3.jpg

Ce qui est génial c'est que ça nous change des ville en mode "Desperate Housewives", aux pelouses bien tondues et aux rues désespérement propres. 

La place a été faite aux artistes, surtout sur les murs, dans les rues, partout en fait. L'art à vraiment pris sa place de survivant, qui n'a besoin de rien d'autre que d'idées et de personnes pour les réaliser. 

Et ça a vraiment une certaine puissance ici. Je flâne donc pas mal, les yeux grands ouverts. 

chch4.jpg

chch1.jpg

chch2.jpg

Petit plus, plein de super fripes et de bar underground, qui nous donnent envie de rentrer. Tout le monde a semble t'il mis une immense énergie à redonner un peu de beauté, de joie de vivre et de créativité à cette ville dévastée. 

Nous avons eu la chance de vivre une éclipse totale de lune, une bloody moon cachée par un gros nuage au dernier moment, mais rien n'est perdu, la prochaine le 28 septembre visible depuis la France :)

jeudi 2 avril 2015

Péninsule de Banks

Nous sommes toujours dans l'espèce de micro climat qui opère dans le Sud de l'île. Jusque là, pas trop de froid ni de pluie, mais plutôt du super temps et du grand soleil. 

Ce qui est parfait pour notre arrivée dans la péninsule de Banks qui mérite sérieusement des belles lumières pour profiter des points de vue de tarés. 

banks3.jpg

C'est donc une péninsule et traverser les routes étroites et vallonées nous rappelle un peu la Bay of Islands (dans le Nord). C'est sublime et complètement hors du temps. 

A Akaroa, la principale ville de la péninsule, on trouve pas mal de traces de la France, genre boulangerie, fromagerie, cimetière français et quelques drapeaux. Il faudrait relire l'histoire mais étant donné que la Nouvelle Zélande a failli être française à quelques jours près, ce n'est pas vraiment étonnant. 

banks_4.jpg

Du coup, nous avons surtout flâné et profité du soleil et des paysages, étant donné que Tof est sur ses derniers jours de voyage. 

banks_1.jpg

Il nous faudra ensuite trouver un petit job sur place, à Christchurch, pour assurer les prochaines semaines de voyages. 

Je suis en train de voir pour filer vers l'Australie courant juin, retrouver mon Max et mon Mims là bas et festoyer sévère avant de rentrer. Peut être même prospecter les opportunités que l'ont pourrait saisir pour y revenir. 

Prochaines escales, les plus belles certainement, la West Coast, l'Otago, les glaciers, les Milford Sounds....... BOUYAKA !

banks2.jpg

dimanche 29 mars 2015

Hanmer Springs

Ballade dans la rainforest et relaxation dans les hot pools. 

Je suis tombée amoureuse de Hanmer Springs, au point d’espérer y trouver un job de secours. Mais la ville est petite et nous avons aussi envie de descendre vers le sud pour y voir les paysages incroyables qui nous attendent. 

Hanmer Springs est entourée de forêts, et la neige ne devrait pas tarder à y arriver. Comme c'est entouré de montagnes et de vallées, je pense que le paysage hivernal doit valoir le détour. En attendant, la ballade dans la petite forêt attenante à la ville fut des plus bucoliques :)

 cheval.jpg

champi2.jpg

champi.jpg

hanmer.jpg

pano_hanmer.jpg

samedi 28 mars 2015

Winter is coming

Sur la route de Hanmer Spring

kaikoura0.jpg

vendredi 27 mars 2015

Kaikoura

Nous devions ici nager avec les dauphins mais les activités sont décidément bien trop chères pour que l'on se les permettent. 

Nous avons donc marché le long des falaises pour y croiser des phoques, et des pingouins. 

kaikoura2.jpg

kaikoura1.jpg

Les paysages sont vraiment plus secs, peut être un peu plus frappés par les vents je pense. Mais Kaikoura est le haut lieu de la faune néo zélandaise. Peut être que lorsque j'aurais fait un peu de dollars en travaillant je pourrais m'autoriser une ballade avec les dauphins. En attendant, la ballade nous a vraiment plu. 

kaikoura3.jpg

kaikoura4.jpg
kaikoura5.jpg
kaikoura6.jpg

Kaikoura c'est aussi la ville des langoustes, et tout le mauvais goût qui va avec !

langouste.jpg

jeudi 26 mars 2015

L'animal endémique de la Nouvelle Zélande

Overdose de laine

le_mouton.jpg

mercredi 25 mars 2015

Faire les courses dans l'île du Sud

Ou l'avantage d'avoir un homme sous la main.

Fruit de la passion et huîtres sauvages au menu de ce soir :)

huitres3.jpg

huitre1.jpg

huitre2.jpg

mardi 24 mars 2015

Du Sud du Nord au Nord du Sud

Traversée d'une île à l'autre, rencontre avec quelques dauphins qui jouent dans les vagues du ferry et faufilage entre les sublimes montagnes des Malborough Sounds. En apnée face à la beauté !

ferry5.jpg

ferry4.jpg

ferry3.jpg

ferry2.jpg

ferry1.jpg

dimanche 22 mars 2015

Région de Wellington

Nous avons bien pris le temps de nous reposer de nos 50 bornes de marche dans le Tongariro en passant 2 nuits à Okahune. Lessive, douches chaudes, repas dignes de ce nom, et redécollage pour le Sud, cette fois nous passons sur la côte Est pour se balader dans les vignes du Wairapapa. Le temps n'est pas vraiment là pour nous aider mais nous nous offrons quand même une dégustation de vins du vignoble de Ata Rangi. 

Chardonnay, Pinot, Syrah... Conclusion, la France reste la grande gagnante en terme de fabrication de vin. 

Comme depuis le début du trip, on se sent comme dans un film en permanence ici. Tout est tellement propre (les kiwis doivent être champion du monde de tondage de gazon !). Mêmes les plus petites villes sont dignes d'un décor de film. 

IMG_20150318_164711.jpg

Nous avons booké le ferry pour traverser vers le Sud mardi. Nous sommes donc à deux pas de Wellington, ville que j'ai envie de découvrir depuis le début du trip. Détour obligé par le Cap Palliser, pointe de l'extrême Sud de l'île du Nord. 

Arrivés là après 20 bornes de gravel road, plus que jamais c'est le bout du monde. Nous traversons le village de pêcheurs de Ngawi pour arriver au phare, dans un décor de mer déchaînée et de plages de sable noir. 

250 marches nous mènent au pied du phare (j'en ai encore des courbatures aux cuisses) mais c'est le paysage qui nous coupe le souffle. 

P1030605.jpg

PANO_20150320_122929.jpg

En redescendant, rencontre avec une colonie de phoques tranquillement calée sur les rochers. Une première pour moi. En m'approchant un peu trop, j'ai réalisé que non, ce n'est pas un gentil animal de compagnie. Attention l’agressivité de la bête ! 

P1030642.jpg

Cette fois ci nous avons une magnifique journée et on crève de chaud dans notre van qui chauffe aussi pas mal. 

IMG_20150320_115349.jpg

Redémarrage pour Wellington où nous arrivons vers 17h sur un parking gratuit où le camping est autorisé. Un ranger vient gentiment vérifier nos intentions et nous sommes parés pour affronter la city après 2 semaines de vadrouille au milieu de nulle part. 

Wellington est une ville hyper vallonnée et dont l'ambiance me rappelle un peu Marseille. En plus anglais dirais-je :)

Petit tour en Cable Car (sinon trop dur de monter au parc botanique) et visite du jardin. Les kiwis de Wellington sont tous équipés de petits cable car privés pour monter chez eux, dans leur magnifiques villas (ici pas d'immeubles pour entasser les gens, mais des maisons partout). 

IMG_20150321_100332.jpg

Le soir nous faisons un peu la fête, un peu de shopping, un peu de cinéma, et quelques dégustations de bières artisanales et de vins. L'île du sud nous attend et Tof se rapproche du départ. 

To be continued. 

Love & Dream

IMG_20150320_184910.jpg

IMG_20150318_173327.jpg

dimanche 15 mars 2015

Tongariro National Park

Ca y est nous sommes au pied de l'un des plus beaux treks du monde, dans le Tongariro National Park (qui a servi de décor à Peter Jackson pour le Mordor). Sur la route nous voyons le fameux volcan dont nous allons devoir faire le tour, le Mont Ngauruhoe. 

tonga1.jpg

Nous avons réservé deux refuges, à Oturere puis Whahohonu. Le premier jour devrait faire environ 8h de marche (sic!). 

Nous démarrons dans un paysage plutôt bucolique et assez désert. On ne croise qu'un ou deux marcheurs (en nage on se demande pourquoi car c'est assez facile). Ils nous disent qu'il ne reste que 3 petites heures jusqu'aux lacs d'émeraude. On trace plutôt bien et marchons 9 bornes en 2h. 

tonga2.jpg

tonga3.jpg

Passé le premier refuge, on commence à croiser plus de monde. Les gens partent de là pour aller directement aux lacs. Après une demie heure de marche, le paysage devient lunaire et caillouteux et nous comprenons pourquoi les premiers marcheurs que nous avons croisés étaient en nage. Nous sommes au pied d'un mur à monter sur 4 km avec environ 450m de dénivelé. On a déjà 15 bornes dans les pieds. 

Tof trace en mode furious et Leeloo et moi grimpons, au bord de la syncope. Arrivées en haut, nous prions pour que ça s'arrête. Mais non, encore 2 bons kilomètres de grimpette, moins abrupte mais nous n'en pouvons plus. Seulement, arrivés là, c'est le paysage qui nous coupe le souffle. 

Derrière nous

Tonga4.jpg

Tonga5.jpg

Et devant nous alors là c'est l'un des plus beaux spectacles de ma vie :

tonga6.jpg

tonga7.jpg

Nous descendons la grande pente qui mène aux lacs et déjeunons dans un froid polaire les sandwichs sommaires que nous avons prévus. Tout cela en nous émerveillant des couleurs hallucinantes du coin. Il nous reste encore 6 kilomètres à faire pour arriver au refuge. Le froid nous pousse à redémarrer rapidement. 

tonga8.jpg

tonga9.jpg
Nous dévalons donc la pente après les lacs. Rebelote, le paysage est effarant et on ne croise plus personne (les touristes font l'aller retour aux lacs dans la journée)

Cette fois nous sommes vraiment dans le Mordor de Peter Jackson. J'ai l'impression qu'un orque peut surgir à tout moment. 

tonga14.jpg

Nous plantons enfin la tente à Oturere et rencontrons Boyd le super ranger qui nous apprend que nous allons recevoir les résidus de PAM sur la figure d'ici peu et qu'il serait judicieux de tracer demain directement pour retourner au village de départ, à Whakapapa. 

tonga10.jpg

Cela veut dire que nous devons faire encore 7h de route demain alors que nous sommes sur les rotules. Pas le choix nous le ferons.

Au matin nous profitons des couleurs qui se lèvent sur le volcan (que nous connaissons maintenant sous toutes ses coutures. Levés à 6h, nous redécollons rapidement pour profiter du beau temps. 

tonga11.jpg

Nous traversons donc sur le retour une magnifique fôret et des sortes de marais (qu'on voit aussi dans le seigneur des anneaux). La route est moins difficile mais si longue. En arrivant nous sommes complètement foutus du dos, des genoux, des mollets, et le moral arrive au bout. Mais nous en avons pris vraiment plein les yeux. 

tonga12.jpg

tonga13.jpg

En tout nous avons fait 46 kilomètres à pied et on s'en souviendra longtemps. Presque pas de pluie et juste ce qu'il faut de nuages pour nous protéger du Soleil. 

Des chaussures foutues grâce aux terres volcaniques et une grosse douche chaude en arrivant qui nous a remise sur pieds (c'est le cas de le dire). 

Nous n'avons pas trouvé d'anneau brillant mais on s'y serait cru. 

Une bise épuisée mais illuminée. 

PS : Toutes les photos sont de Tof Thibault qu'il est trop fort avec son téléphone

- page 1 de 8