Ce week end, découverte d'un lac considéré comme l'un des plus beaux du monde. Petite leçon d'histoire :

"Les premiers volcans de la région d'Atitlan ont surgi il y a 150 000 ans mais le paysage actuel a été façonné par l'éruption de Los Chocoyos qui projeta des cendres sur la Floride et le Panama (...) Des milliers d'années plus tard, plusieurs petits volcans émergèrent : Le San Pedro (3020m aujourd'hui), Atitlan (3537m) et le Toliman (3158m). A présent, le lac couvre une surface de 128km² et peut atteindre jusqu'à 300m de profondeur.

Les mayas installés au Nord et Nord-Est du lac sont des Cakchiquels, les autres des Tz'utujils qui furent vaincus pendant la bataille de Tzanajuyu par les Espagnols alliés aux Cakchiquels. (...) Ces derniers furent soumis en 1532 après s'être révoltés." (Lonely Planet).



Pour quitter Ciudad de Guatemala, nous avons choisi la camioneta comme transport. Aucun regret!

Environs 60 personnes dans le bus (3 à 5 personnes sur des sièges de deux, 20 autres debout, et tout ça s'accroche comme il peut pour ne pas tomber à la renverse), musique à fond (ranchera, salsa, divers), des paysages dingues...un voyage bien roots (pire que l'Inde) qui en valait bien la peine.

En arrivant sur Panajachel, sur les rives du Lac, la première impression a été : "Au secours il y a des milliers de touriste (américains), nous sommes dans un piège à touristes". Du coup on a trouvé notre hôtel à 5 euros la nuit et on s'est enfuis en bateau vers les villages entourant le lac. Un vrai bonheur. Surtout la vue des trois volcans qui l'entourent. L'eau était étonnamment claire et les beaux paysages au rendez vous.



Le lendemain, petit tour vers les volcans pour les photographier sans brumes et profiter, puis visite de Chichicastenago après un petit déj' longuement attendu. Dans ce village, nous lisons que le marché artisanal est le plus beau du pays et qu'il y a une église avec des rituels mayas.

Il est aussi entouré par les campagnes et les cultures, et se trouve à quelques 2030m d'altitude dans le pays Quiché. Nous avons donc eu droit à un marché hyper coloré entre étals de tissus et costumes traditionnels des Mayas Quichés, à des processions mayas, et surtout nous avons pu entendre parler le Quiché, langue pleine de son étranges comme des claquements de bouche ou des K.



Le village est magnifique (rues pavées...) mais bondé encore une fois de touristes.

Sur le retour, j'ai eu un gros coup de stress à cause de notre chauffeur (ou plutôt chauffard). Le frein il connaissait pas trop, ni le danger de doubler dans des virages. Et sur son rétroviseur, il était écrit "Jésus est mon pilote"... Ah ben bravo !



Et puis retour sur la triste capitale. La semaine à venir nous promet de belles rencontres avec Mystère Trio qui vient nous faire un concert de jazz manouche!

Hasta luego amigos!