J’avoue que je n’ai pas donné de nouvelles depuis longtemps… Mais d’abord il a fallu que mon corps s’habitue à la chaleur et à l’humidité du pays. À savoir que ça fait trois semaines que la température de mon corps est plus haute que d’habitude. Laissez moi vous dire qu’il n’est pas facile de se reposer.

Et puis au CCF, ça ne plaisante pas. Etant chargée de com dans le premier bureau à l’entrée du CCF, j’ai des dizaines de personnes qui défilent pour me saluer, discuter, me proposer des projets ou me demander une date de concert. À côté de ça, les événements sont tellement nombreux au CCF que je passe beaucoup de temps à réaliser des affiches, à aller vers les radios, les télévisions ou les journaux papiers. Le travail ne manque pas et c’est tant mieux. Je suis passée sur la première chaîne nationale, dans un décor kitsh au possible, entourée de peluches et de fausses fleurs. Tout se fait à une allure tranquille mais on arrive au bout des choses avec bonheur au final.

Le boulot est génial, la médiathèque est impressionnante et les Togolais pleins d’initiatives. Le pays fourmille d’artistes au top, et les projets culturels ou humanitaires sont nombreux.

Quant à la ville de Lomé même, c’est un petit village où l’on ne se sent pas écrasés par la pollution ou le bruit. Je passe mes soirées au maquis du coin ou dans les boîtes de nuit africaines bondées à danser le zouk, le coupé-décalé ou juste à boire quelques Flag ou Castel.

La plage de Lomé est magnifique et chaque matin, les pêcheurs remontent les filets chargés de poissons. Partout on trouve des produits chinois, des frigidaires aux tissus "africains". A Lomé, on peut aller chez l’esthéticienne et se faire "tatoyer" les sourcils (tatouer), ou encore aller chez le "chausseur sachant chausser", aller manger un "poulet bicyclette" en buvant de la "Bonne Bière" ou le jus d'une coco. La circulation est plutôt tranquille par rapport à ailleurs. Les principaux transport sont les Zémidjans, taxis moto, qui sont par contre un million et qui conduisent comme des dingues. Normal quoi...

Bref, l’Afrique la vraie, et je commence même à prendre l’accent, présentement. J'apprends le Mina petit à petit.

Une petite image de mon voisin de palier.