Deuxième week end de trois jours, direction Kpalimé, à 120 km au Nord de Lomé. Départ en minibus-taxi brousse depuis Lomé : on a attendu une heure dans la chaleur du minibus qu’un dernier client vienne compléter le chargement (déjà 11 personnes au lieu de 7 plus les bagages de tout le monde) pour démarrer à 14h30. 
Arrivées à Kpalimé avec Alexandra (ma colloc), on rencontre Guillaume, un Togolais qui mène un projet de reboisement et de tourisme durable sur la région. Il nous a donc fait visiter le village de Kouma Konda, dont les fenêtres sont peintes partout et où j’ai rencontré un Monsieur passionnant : Prosper Papillon. Il m’a montré ses peintures, faites à base de pigments naturels. Arangana de Madagascar pour le Orange, feuilles de Tek pour le Rouge, feuilles d’indigo pour… l’Indigo ! Du coup, j’ai prévu de remonter quelques fois pour prendre des cours.



On a quand même continué vers la brousse totale pour découvrir les cotonniers, kapokiers, kakaoyers (ça s’écrit comment ?), caféiers, l’arbre du poivre noir, les teks… Et puis la visite des pépinières au milieu pour comprendre le projet puisque Alexandra est chargée de faire une base de données de tous les chantiers fiables sur le Togo. Nous n’avons pas eu le temps de le faire mais Kpalimé c’est aussi la région des papillons et des bestioles bizarres. C’est aussi tout près, à Adeta, qu’on peut faire du parapente biplace à partir du mois d’octobre.



Le lendemain matin, baignade dans la cascade de Kpimé et puis invitation chez Guillaume pour se taper un ENORME foufou délicieux.




On a difficilement re-décollé pour retourner à Lomé dimanche aprèm mais bon, retour tranquille avec la hâte de revenir dans le coin. Voilà pour le weekend. Un petit mot pour les intéressés, j’ai trouvé des billets vraiment pas chers en dernière minute, si vous voulez venir, soyez mignons de m’en parler. Bises à tous.